vidéos-danse

oran''j

grey man

Les musiques de Grey Man inspirent à Oran''J des couleurs, des images, des personnages, des lieux... La nuit, Oran''J se rend en ville, le jour, à l'orée du bois. Entre-temps elle arpente la piste de danse. Arborant des costumes de papier ou de plumes, elle couvre les murs de journaux et regarde ceux de la cité avec inspiration. Une fois les images en boîte, elle déroule la bobine et la découpe avec attention. 

Débutée en 2014, la collection des vidéos-danse d’Oran’’J compte à ce jour 15 œuvres.

Oran’’J créé des œuvres originales et brutes. Sa singularité et son originalité reposent dans les multiples pratiques qu’elle met en œuvre. Elle se fait sculptrice et ses matériaux sont divers : corps, textile, images. Chorégraphe, elle développe un langage corporel propre, un vocabulaire physique intense et libre. Sur la table de coupe, elle débite les formes de ses costumes intrinsèquement liés aux mouvements. Sur le banc de montage, elle découpe, transforme, adoucit ou salit l’image pour servir le scénario. Elle façonne même les sonorités électroniques de Grey Man lorsqu’elle les habille d’un texte et les couvre de sa voix.

Dans ses propositions artistiques, elle expose un imaginaire intime qui pourtant se révèle universel, chaque spectateur ayant la possibilité d’y projeter sa subjectivité. Si Oran’’J attache bien un concept à chaque œuvre, dans l’exposition l’idée saisie, l’image mentale, est aux mains du spectateur. Les interprétations possibles, par les nombreux composites d’une œuvre vidéo d’Oran’’J, sont riches. En premier lieu c’est la musique qui parle au spectateur. Le titre attaché à l’œuvre pique son esprit critique. L’image ensuite, ses couleurs, ses rythmes, ses couches en filigrane le plongent dans des dimensions largement ouvertes. Les personnages enfin, leurs corps et leurs (dé)placements dans l’espace, lui content une humanité fragile et féroce.

De 2008 à 2012, Grey Man & Oran’’J se produisent ensemble lors de performances vocales et chorégraphiques sur les scènes parisiennes et montréalaises au sein de collectifs d’arts 8bits. De la chiptune au hardcore, les sonorités de Grey Man sont marquées par une bipolarité. La musique oscille brutalement entre des passages planants et des passages accidentés, elle abonde de rythmes binaires propices à la danse. Depuis 2014, Grey Man compose dans l’ombre et Oran’’J créé performances et vidéos-danses.

#1 DERNIÈRE RÉVOLUTION

Grey Man signe la musique. Oran''J l'écoute et d'abord lui viennent des mots. Elle enregistre ces paroles traitant de la folie. Ce dernier terme au sens large mérite précision ; il désigne dans ce cas le diagnostic de la schizophrénie. DERNIÈRE RÉVOLUTION c'est une révolution mentale, un tour de l'esprit. Oran"J témoigne de la vie d'un ami bouleversée par le diagnostic établi de cette maladie. Quand le texte insiste sur les tendances hallucinatoires et délirantes, l'image met l'accent sur la désorganisation comportementale, la discontinuité du caractère et l'isolement. La musique violente illustre le combat d'une vie avec cette maladie. Pourtant, elle se poursuit, avec effort. Oran''J se relève et donne à voir par le mouvement l'idée de cette lutte constante.

Musique : Grey Man Texte & Voix : Oran''J Chorégraphe Danseuse : Oran''J Costume Maquillage : Oran''J Décor Lights : Le Stendhal, Lucas Demougeot, Julien Londero, Romain Salomon Images : Julien Londero, Paul Bellefaye, Romain Salomon Montage : Oran''J

2015 Le Stendhal, Paris

#2 SUITE BLEUE

 

Allons bon, quoi ? Qu'est-ce que t'as cru ? Que ça allait être facile ? Un parcours de santé comme ils disent ? T'avais pas compris ? C'est comme ça et puis c'est tout. Une bonne paire de claques dans la gueule, le temps de reprendre ton souffle, de regarder tes joues dérougir, t'encaisses une droite ou une gauche, au choix. Vas-y, sors la tête un peu, respire, profite. Voilà le refrain qui revient. T'avais pas terminé ton couplet ? Tant pis. C'est comme ça. Et puis c'est tout. La seule chose que tu puisses faire c'est choisir ta façon de marcher sous les néons bleutés avec une simple armure de papier. C'est comme ça et puis c'est tout. Tu seras pas épargné. Ou alors t'es un sacré veinard. C'est comme ça. Et puis c'est tout.

 

Musique : Grey Man Chorégraphe Danseuse : Oran’’J Images et montage : Oran’’J

2014 Paris

#3 LIKE

 

C'est une boîte à musique, une "party" sans cesse rejouée. Ô éminent pouvoir, éternelle force de la danse! Balancer pour le plaisir ; elle n'est pas séduction même si communion! La musique retentit et le corps ne peut résister à l'appel. Ô langage premier, expression originelle! Se trémousser pour se libérer. Ô rituel banalisé! Valser la nuit durant, s'émanciper longuement, sentir - les notes tues - un high éclatant!

 

Musique : Grey Man Voix : Oran''J Texte : reprise de "Je danse donc je suis" B.Bardot 1964, paroles Massoulier & Popp Scénographie et chorégraphie : Oran''J Danseurs : Julien Pailhole (La compagnie du Altar) et Oran''J Images : Mona Rathsman Montage : Oran''J

2016 La Crèche, Pantin

#4 SIGN & PAIN

 

Mesdames et Messieurs! Ladies and Gentlemen! Mein Damen und Herren! Accueillez ce clown tour à tour gaillard, éploré, piquant, Badin, hardi, folâtre et affolant! Ce clown c'est l'Artiste, À votre service, Oran''J de son nom, Là pour vous divertir avec imagination! Oui! L' Artiste est un pitre! L'Artiste est un bouffon! Voyez comme il arbitre ses idées en brouillon! Il ne sait plus où mettre ces parties de lui, Du sol jusqu'au plafond, Elles couvrent son abri!

Musique : Grey Man Scénographie et chorégraphie : Oran''J Images et montage : Oran''J

2017 Le Clos Sauvage, Aubervilliers

#5 ZOO

 

Lune pleine, un drôle d'oiseau se ramène. Il a déserté son enclos et fait de la nuit son zoo. Dans l'obscurité, toutes les bêtes sont bigarrées. Carnaval, mascarade, versicolores créatures; entre la nuit et le jour, il n'y a pas de mur!

 

Musique : Grey Man (Voix : Oran''J) Chorégraphie, images et montage : Oran''J

2017 Décors : peintures murales entre Aubervilliers et Saint-Denis "Les Félins" Marko93 aka DarkVapor, le french lighter et KATRE, Angle Avenue du Général de Gaulle & Rue Ahmed Boughera el Ouafi, Saint-Denis

#6 SOLARIUM

 

Elle s'abrite sous les arbres Le vent s'avance Lentement Dans le ventre sylvestre Fœtus fantôme dans la verdure volage Les bruits de la Terre Battent Battent Battent La vie infuse dans la sève Le vent soufflera sur les cendres Tant que la Terre tourne Elle danse Danse Danse

 

Commentaire signé Pierre Comandu

Musique : Grey Man Chorégraphie : Oran''J Images et montage : Oran''J

2017Abbaye de Maubuisson, Saint-Ouen L’Aumône

#7 BIM

 

Au feu les pompiers, la passion qui brûle! Une étincelle a mis le feu aux poudres. Tout s'est embrasé, tout a été consumé. Les nuits ont été dévorées, les jours flambés, les incendiaires jetés à corps perdus au bûcher. La fumée s'est infiltrée en bouffées. Sur un lit de braises court le feu, le feu, le feu de la passion. Au feu les pompiers, la passion brûlée!

 

Musique : Grey Man Chorégraphie, images et montage : Oran"J

2017Le Clos Sauvage, Aubervilliers

#8 HAMBOURGEOIS

 

Musique : Grey Man

Chorégraphe : Oran’’J

Danseuses : Luna Viola Schneider et Oran’’J

Images : Niten School

Montage : Oran’’J Novembre

 

2017 Métro berlinois

#9 ALONE

Musique : Grey Man

Chorégraphe Danseuse : Oran’’J

Images : un passager du bus (Étienne)

Montage : Oran’’J

 

2017 Autoroute entre Berlin et Paris

#10 MALADE

 

Musique : Grey Man

Chorégraphe Danseuse : Oran’’J

Costume : Oran’’J

Images : Mona Rathsman

Montage : Mona Rathsman

 

2018 Lavoir municipal, Pont-Saint-Esprit

#11 EXTRA

 

Musique : Grey Man

Chorégraphe : Oran’’J

Danseurs : Paul Bellefaye et Oran’’J Montage : Oran’’J

 

2018 Sandymount, Dublin

#12 VACHE SACRÉE

«Y voyager implique une promiscuité avec une foule d’inconnus plus ou moins sociables et ce n’est pas un lieu dénué d’agressivité. Il est à l’image de Paris, avec ses rapports de force et ses ségrégations multiples. La violence des voyages y est d’abord physique, avec la brutalité des portillons automatiques qui se referment durement sur les corps, ainsi que l’humiliation de la promiscuité avec ses contacts sensoriels contraints Les rapports de force et de poids se révèlent plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’occuper les places assises, systématiquement ou presque accaparées par les moins scrupuleux des voyageurs, des hommes en général. Ils sont l’expression de l’égoïsme et de l’individualisme général de la société contemporaine qui privilégie l’agressivité et la domination en guise de moteur des relations humaines.» Fred Alpi Cinq ans de métro, Éditions LIBERTALIA .

Musique : Grey Man Costume et chorégraphie : Oran''J Images : Thibaut Hascher Montage : Oran''
J

2018 Métro parisien

#15 LARMES DE CROCODILE
 

Tout était écrit, c’était sur la planche dans la scène du lit, cheveux roux, peaux blanches. À tous les atours, rester bien étanche. Faut pas se mouiller, y’a qu’au pédiluve, que les doigts trempés se poursuit l’étude.

Y a rien à croquer faut pas rester là. Tout est bien tracé faut pas attendre là.

Si le schéma se répète, c’est pas qu’il a plus tout sa tête, c’est qu’il y a bien trop de pots dans lequel tremper son pinceau, et la plume court toujours, quand elle bave faut changer les draps, ça en fait du linge, maman s’en occupera.

Y a rien à croquer faut pas rester là. Tout est bien tracé faut pas attendre là.

Y a qu’à essayer différents modèles, prendre enfin la pose sous le bon profil. Regarde-moi toutes ces belles, faut dire qu’elles défilent. Un portrait raté, dix de retrouvés, un dessein précis ? Toujours pas envie ? Dans tous les sens étirer tous les traits. Une autre rature sans signature.


Musique : Grey Man Texte et voix : Oran''J Chorégraphe danseuse : Oran’’J
Costume : Oran’’J Images : Eric Batard Montage : Eric Batard & Oran’’J Incrustations : Eric Batard Dessins : Shanti Rughoobur


Janvier 2020 Théâtre Saint Gervais, Genève

De janvier à avril 2019, Oran’’J était en résidence de création vidéos-danse avec Mona Rathsman après avoir été sélectionnées dans le cadre de l’appel à projet de la Communauté de Communes de Cazals-Salviac en partenariat avec la DRAC Occitanie. Durant trois mois, Oran’’J a animé des ateliers de création chorégraphiques et plastiques afin de réaliser quatre œuvres vidéos valorisant les paysages lotois avec la participation de publics variés. Les vidéos-danse réalisées ont été projetées lors d’une présentation publique au Foyer à Marminiac.

#13 TTTN

 

Musique : Grey Man

Chorégraphe : Oran’’J

Danseuses : Maria Dolores Degen, Violette Guillarme, Rosalia Marsicano, Hélène Maynard, Marie-Noelle Rabot, Sandrine Routier, Annie Roy, Elsa Soares, Marylin Vilard, Oran’’J

Images : Sierra Kinsora et Mona Rathsman

Montage : Oran’’J

 

2019 Gindou

#14 DIRT

 

La porte a claqué. Le combiné est verrouillé. C’est parti pour la course folle, carte à puce ou carte à code en main. Il y a quatre kilomètres jusqu’au point de rendez-vous. En courant, le temps de parcours sera de vingt à trente minutes environ. Il faudra faire vite car le retour sera plus long ; ça grimpe. Il faudra être de retour avant le gardien puisque les sorties sont interdites. Ni-vue-ni-connue, en quête d’une connexion filaire, d’un contact sur la ligne. Une course risquée au prix des courbatures. Contre un timing parfait, une dérouillée évitée. Le paysage défile, un sprint dans la forêt et puis peut-être enfin, l’amour au bout du fil.

Musique : Grey Man Interprète : Oran’’J Costume : Oran’’J Images : Sierra Kinsora et Mona Rathsman Montage : Oran’’J

 

2019 Entre les Arques et Gindou